Villiers-Le-Bel : un système de représailles

 Interview de Laurent Mucchielli pour le Nouvel observateur, 18 février 2008  

L’opération d’envergure (environ 1.000 policiers déployés) lancée par les forces de l’ordre à Villiers, Gonesse, Sarcelles et en Seine-Saint-Denis ce matin, qui a conduit à l’interpellation de 33 personnes, est-elle la première d’une telle ampleur en France ?

– Je ne sais pas. Et pour cause, il est normal que je ne sache pas si des opérations de cette envergure ont déjà eu lieu, puisque ce que l’on attend précisément de la police judiciaire, c’est qu’elle opère dans la discrétion. C’est même une des conditions de sa réussite. Mais pour en revenir au dispositif, je n’ai effectivement jamais entendu parler d’un déploiement de 1.000 policiers pour attraper une trentaine d’émeutiers présumés, dans leurs familles, au lever du jour. Sauf peut-être dans le cadre d’opérations antiterroristes. Ce qui me laisse penser qu’il y a peut-être d’autres enjeux…

Comment les jeunes de Villiers-le-Bel peuvent ils interpréter, cette démonstration de force de la police? Peut-elle provoquer une résurgence de violences urbaines dans cette zone sensible ?

– Je ne sais pas comment les jeunes vont réagir, car il n’y a pas qu’une simple entité sous la dénomination « les jeunes », il y a « des » jeunes. On est par ailleurs en droit de se demander également comment l’ensemble des habitants de Villiers le Bel va réagir, et pas uniquement « les jeunes ». Sur le fond, à mon avis, chacun comprendra bien que l’on est dans la suite logique de l’enquête qui a suivi les coups de feu tirés sur des policiers en novembre 2007 dans le contexte d’une émeute, après la mort de deux jeunes dans une collision avec une voiture de police. La question n’est pas la légitimité de l’enquête et de l’opération. Jusque là il n’y a rien de très original. Ce qui choque certainement, c’est d’une part la médiatisation, et d’autre part la lourdeur et la disproportion du dispositif.

Vous parliez d’autres enjeux possibles. Cette opération a-t-elle un caractère uniquement répressif ? Quelle est la part de spectacle dans ce type d’opération ?

– Au delà de l’objectif de la police judiciaire, qui est d’interpeller des personnes dans le cadre d’une enquête initiée en novembre, il s’agit à l’évidence d’une démonstration de force. L’émeute de Villiers-le-Bel avait fait beaucoup de mal aux policiers, ils en étaient sortis humiliés. On est très clairement, avec ce type d’action, dans un système de représailles : « vous vous êtes crus les plus forts, et bien nous allons vous montrer qui sont réellement les plus forts ! ». Et derrière la symbolique du rapport de force, il y a la symbolique politique.
Enfin, vu la masse des journalistes, français et même étrangers, présents sur les lieux au petit matin en même temps que les policiers, nous sommes apparemment face à une opération de communication médiatique. J’ai du mal à croire qu’il s’agisse d’une simple, isolée et malencontreuse fuite. On aurait pu le concevoir s’il n’y avait eu qu’une seule équipe, d’un seul média, mais là il est difficile de ne pas y voir une opération médiatique préparée à l’avance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :